Barcelone veut transformer 60% de ses rues en espaces adaptés aux piétons

Dans le but de réduire considérablement la pollution de l’air et d’étendre les espaces verts publics de la ville, Barcelone prévoit de fermer 60% de ses rues urbaines au trafic public, redessinant de manière spectaculaire la métropole espagnole.

Barcelone: Adieu les voitures, bonjour l’espace public

La situation actuelle continue de voir les rues de la ville jouer un rôle presque exclusivement porteur de déplacements, l’accent étant mis sur la mobilité motorisée individuelle. Le conseil municipal de Barcelone opte pour un modèle plus durable dans lequel cette situation peut être inversée, en prenant les mesures appropriées, en réduisant le nombre de mètres carrés consacrés aux véhicules privés et en récupérant (et en améliorant) une partie de cet espace public.

Le plan de mobilité urbaine (PMU) pour 2013-2018 comprend le modèle Superblock et organise la mobilité de la ville sur la base de ces structures. Pour mettre en œuvre le programme, le gouvernement municipal s’est fondé sur les directives et critères définissant plusieurs plans et initiatives sectoriels, tels que le Plan d’action municipal, l’engagement pour le climat, le plan de mobilité urbaine et le plan vert pour la biodiversité.

Le conseil municipal envisage de commencer à installer des superblocs dans toute la section de la rue Cerdà, en étendant le modèle aux quartiers de Eixample, Sant Martí et Gràcia ainsi qu’à de nouvelles zones locales telles que les quartiers de Sant Gervasi, Horta, Sant Andreu et La Prosperitat.

Superblock Barcelone: conception

La mécanique des superblocs est relativement simple. Un superbloc typique consiste en un carré de trois par trois blocs constitué de neuf blocs existants. La circulation en circulation sera limitée aux rues de son périmètre. Des intersections tous les 400 mètres permettront de maintenir un flux de trafic constant et permettront au développement de nœuds de se croiser avec les réseaux de bus et de vélos. Dans les superblocs, les voitures seront limitées à dix kilomètres à l’heure et à des voies à sens unique.

Superblocs Barcelone: objectifs

Des superblocs sont en cours d’introduction dans le but de répondre à la rareté des espaces verts, aux hauts niveaux de pollution, au bruit de l’environnement, au taux d’accidents et au sédentarisme de la ville:

Mobilité plus durable

Intégrer de nouvelles voies réservées aux autobus et aux cyclistes conformément au plan de mobilité urbaine de Barcelone, en promouvant le cyclisme et la marche à pied, en améliorant la distribution des marchandises et en réduisant le bruit et les émissions.

Revitalisation des espaces publics

Ralentissez le rythme des rues, augmentez le nombre d’espaces de vie et encourage de nouveaux usages dans les espaces publics.

Promotion de la biodiversité et du vert urbain

Améliorer les arbres en bordure de route, en favorisant les microhabitats pour attirer les oiseaux et augmenter la verdure à travers de nouveaux espaces communautaires.

Promotion du tissu social urbain et de la cohésion sociale

Assurer des installations adéquates à proximité, promouvoir des activités productives génératrices d’emploi et assurer l’inclusion sociale.

Promouvoir l’autosuffisance dans l’utilisation des ressources

Réduire la consommation d’énergie, produire de l’énergie à partir de sources renouvelables, réduire la demande en eau potable et tirer parti des eaux grises et des eaux de pluie.

Intégration des processus de gouvernance

Impliquer les citoyens dans la définition des projets et le développement des actions.

Excès de trafic, pollution totale, manque d’espaces verts: ces problèmes ne sont pas uniques à Barcelone. Mais Barcelone a pris l’initiative et elle répond à l’appel de la terre qui s’étouffe en installant  des super-blocs dans toute la section de la rue Cerdà, en étendant le modèle aux districts de Eixample, Sant Martí et Gràcia ainsi qu’à de nouvelles zones locales telles que les quartiers de Sant Gervasi, Horta, Sant Andreu et La Prosperitat et par conséquent réduisant  considérablement la pollution de l’air.